Apres les quelques jours a Hanoi, nous avons pris l'avion pour Hue. Vietjetair, pas cher du tout si on prend les billets un peu en avance depuis le Vietnam, envison 40 euros l'aller, par contre il ne faut pas etre presse. Les avions (vraiment clean, des A320 recents) sont en retard 9 fois sur 10. Ce coup la, apres 3 reports du vol, nous a finalement emmene a Danang au lieu de Hue, et nous avons du prendre un taxi pour faire les 2h30 de route et rejoindre finalement Hue.

La ville de Hue est constituee de deux parties, comme pas mal de villes dans le monde : une ancienne et une nouvelle. La ville ancienne est entouree d'une muraille, et quadrillee par des rues perpendiculaires, dans la tradition des cites imperiales chinoises. Il faut que tout soit bien parallele. C'est immense, il faut au moins un velo pour s'y ballader. Quelques batiments et temples subsistent alors que le Vietnam contemporain a pris comme presque partout tous ses droits. Sauf dans la Cite Pourpre Interdite, le fin du fin, le saint des saints, l'enceinte dans l'enceinte.

Meme si cette cite n'est pas tres ancienne et a ete construite majoritairement au debut du 19e siecle, elle avait ete tres abimee par les guerre, notamment pas les Francais si jaloux de leur patrimoine. Les travail de reconstruction a ete considerable, il se poursuit aujourd'hui, les chantiers sont nombreux. Reconstruction plutot que renovation dans la plupart des cas, chose impensable en France ou jamais on n'oserait servir du "toc" aux tousistes, mais qui ne pose aucun probleme ici. C'est d'ailleurs plutot bien fait, et l'effet general est magnifique : Les toits en tuiles anciennes qui se melent au nouvelles, les poteaux de bois anciens se melent aux nouveaux peint en rouge et or qui donnent a voir ce que devait etre les batiments il y a 150 ans.

C'est l'un des plus beaux sites non naturels du Vietnam, sans aucun doute. Meme s'il ne possede pas la majeste du site d'Angkor, du haut de ses mille ans d'age, c'est simplement beau. Les proportions, les motifs, les couleurs, les jardins, les allees. Si l'Italie a invente en Europe, la Chine l'a inventee en Asie, et le Vietnam en a fourni une superbe interpretation. Il est d'ailleurs incroyable qu'il ne subsite pas une once de ce sens esthetique dans le Vietnam contemporain, et que les jeunes vietnamiens reapprennent cela des etrangers plutot que de leur propre histoire. Pour l'instant pour un "vietnamien moyen" le beau se confond totalement avec l'impressionnant, il est un outil de marquage social et se traduit par du marbre et des statues ridicules entre autres. Mais finalement, le Japon n'a-t-il pas eu son passage a vide avant de redevenir une reference en matiere d'architecture et de design ? J'espere que le Vietnam saura egalement inventer sa propre modernite au lieu de singer les vieux dragons asiatiques et l'occident. 

Pour en revenir a Hue, c'est une etape incontournable a mon sens, peut etre plus encore que Hoi An qui pourtant est deja un magnifique ensemble de maisons anciennes, une sorte de "vieux Lyon" vietnamien pour ceux qui connaissent. De toutes facons il y a 3h de route entre les 2, autant faire la tournee.

Aux abords de la ville, se trouvent les tombeaux des rois. Ils sont a la mesure de la demesure de la Cite Interdite si j'ose dire. Comme pour les pharaons, les corps sont caches dans des tumulus avec un resau de galeries complexes afin d'eviter les profanations. Apres une succession d'entrees majestueuses on entre dans de grands parcs tres agreables parcourus de riviere et lacs, plantes de pins, avec pour element central le tumulus encercle d'un mur. Nous aurions voulu y rester bien plus longtemps, mais nous n'y avons fait que de courtes etapes sur la route de Hoi An.

Tous ces vestiges datent finalement de moins de 200 ans, si bien que meme les constructions en bois subsistent pour beaucoup. Il est difficile de se rendre compte de ce a quoi ressemblaient les vestiges plus anciens, car il en subsiste tres peu. Cette demesure des palais et temples a Hue est comme notre Versailles, une apparente apogee dynastique alors que partout les paysans on faim et sont ecrases d'impots. Les francais sont arrives au Vietnam dans un pays exsangue et corrompu, et ont trouve des elites promptes a negocier. Les guerres, les insurections et finalement l'independance sont venus "d'en bas". Les heros de la resistance a l'occupation puis de l'independance occupent d'ailleurs dans les memoires une place bien plus importante que la plupart des rois.