Comme je vous le disais dans mon petit teasing, nous avons passe quelques jours en vacances sur l'ile de Phu Quoc, au Sud-Ouest du Vietnam au niveau de la frontiere Cambodgienne. Le climat y est un peu different de celui de Ho Chi Minh, meme si l'ile n'est pas tellement plus au Sud, la chaleur est plus humide, on se sent plus proche d'un climat equatorial (l'equateur passe quelques centaines de km au Sud du Vietnam, aux environs de Kuala Lumpur au milieu de la Malaisie).

L'ile de Phu Quoc est beaucoup  plus proche du Cambodge, on ne voit pas bien pourquoi elle appartiendrait au Vietnam ; de fait elle a ete conquise pendant le declin du royaume Khmere au XVIIIe siecle. Elle fait partie de ces nombreux conflits territoriaux qui existent encore aujourd'hui entre les deux pays, les Khmeres rouges avaient meme envahi l'ile en 1975 !

Aujourd'hui, c'est l'un des tresors naturels du Vietnam les plus en vue, le tourisme s'y developpe extremement rapidement. Le gouvernement vietnamien a pris quelques mesures pour reguler la construction, et qujourd'hui 70% de l'ile est sensee etre protegee par le nom de "parc naturel". Je ne sais pas exactement ce que couvre ce parc, et dans quelle mesure cette denomination interdit toute construction, mais l'impression qui s'est degagee de la visite de l'ile est que c'est un grand chantier ! Les hotels s'agrandissent, d'autres se construisent, nous avons croisie au beau milieu de la partie sauvage de la cote Ouest le long d'une tres longue plage un enorme chantier, avec deux immeubles d'au moins 12 etages, une immense piscine, un hotel considerable en preparation avec tout un village de chanter autour car les ouvriers dorment sur place. Peut-etre cette plage n'est-elle pas protegee, mais il n'y a aucune autre construction autour 2 km a la ronde. L'autre solution est que les promoteurs ont trouve un arrangement avec les autorites locales, chaque regulation au Vietnam etant une occasion supplementaire de la contourner moyennant finances.

Comme toujours, les photos paradisiques sont savamment cadrees, on ne voit pas sur les sites d'agence de voyage que la plupart des plages sont couvertes de dechets, seules celles qui sont nettoyees et entretenues, donc les plages privees en sont exemptes. On ne voit pas non plus tous les terrains vagues sur l'ile, tres nombreux au Vietnam, ou tout a ete rase mais rien n'est encore construit. Le plus curieux ce sont les routes : elles alternent entre piste en terre et autauroutes a 6 voies tous les kilometres sans aucune logique apparente. Des troncons dans tous les sens un peu partout, et quasiment pas de circulation. Vous roulez a 60km/h sur une route toute neuve de deux fois 3 voies avec terre-plein central, et tout a coup la route s'arrete, un morceau de chemin tout juste praticable en jeep mene a une piste en terre.

Ces amenagements au calibrage discutable sont legion. En allant dans les parcs industriels autour de Ho Chi Minh, nous prenons des petites routes ou il est parfois difficile de se croiser, des ponts tres large mais avec une marche enorme a 45 degres ou une voiture un peu basse ne pourrait pas passer, pour arriver finalement dans un parc industriel vide a 90% quadrille de veritables autoroutes a 8 voies sur lesquelles nous ne croisons absolument personne. La raison de ces investissements demesures est probablement l'optimisme debordant des annees 2000, pendant lesquelles le Vietnam se voyait volontiers en noueau dragon asiatique, en relai de la Chine, en nouvelle usine du monde. Ca ne s'est pas vraiment passe come prevu... Mais au dela de cette justification, les decisions sont reellement souvent incomprehensibles. 

Mais parlons a present de tout ce qui fait l'interet de Phu Quoc. En dehors des terrains vagues et des chantiers, le site est vraiment magnifique : les plages sont de sable fin presque blanc, l'eau est transparente a environ 30 degres (presque trop chaud !), pleine de petits poissons, la terre est rouge, la vegetation luxuriante, les fruits de mer frais peches dans la nuit sont delicieux... Que demander de plus ? La meilleure facon de visiter l'ile est de louer des motos et de se promener un peu partout sur ce morceau de terre de 50km par 20. Une journee dans le Nord, une dans le Sud par exemple. Une fois mobiles, vous aurez tout loisir de vous arreter dans n'importe quel hotel exotique pour profiter du bar, de la plage privee et le cas echeant de la piscine, moyennant l'achat d'un jus de mangue ! Comme je le disais, le reve de la plage deserte a ete un peu compromis par les dechets, mais pour des raisons incomprehensibles nous avons ete quasiment seuls partout ou nous sommes alles (alors que le 30 avril et 1er mai sont feries ici, et que de nombreux vietnamiens prennent des vacances a ce moment la).

L'autre interet de l'ile est que ce n'est pas seulement un ilot avec des plages et des cocotiers. Il est vraiment interessant d'aller voir une fabrique de sauce nuoc mam (a base de petits poissons genre anchois, l'ile en produit 6 millions de litres par an) ou une plantation de poivre. Le poivre d'ici est tres parfume et pas trop fort, comme a Kampot au Cambodge qui se situe a moins de 20km de Phu Quoc. Il y a en tout cas une veritable activite typique et largement artisanale, qui donne sa vie et son identite a l'ile. 

En resume, Phu Quoc vaut largement le detour, c'est une ile paradisiaque sur la majeure partie de sa surface, il faut y aller ! C'est toujours un peu desesperant de voir que les vietnamiens font partout les memes erreurs que nous du temps de la fascination pour la modernite et de la forte croissance, le "tout vehicule individuel", l'amenagement extensif des sites naturels et touristiques, etc. Il faut esperer que comme le laisse penser les quelques lois de protections telles le parc naturel cree en 2001 l'experience d'autres pays profitera quand meme au Vietnam.