Ce qui est sympa quand on lit les medias officiels (pleonasme) au Vietnam, c'est que tout ce qui touche a l'ecnomie et au politique (totalement lies) est toujours positif. Les traductions anglaises de journaux vietnamiens parlent des problemes economiques du Vietnam, mais toujours pour dire qu'ils sont en train d'etre resolus par une nouvelle politique, un nouveau plan. Les problemes sont en perpetuelle resolution ici, c'est a se demander comment on en trouve encore !

On vient encore ici de trouver la solution a la pollution et au desenclavement des zones pauvres, rien que cette semaine.

Quand on lit les medias internationaux sur le Vietnam, c'est un peu moins glorieux. Le Japon vient de suspendre son aide au developpement au Vietnam a cause d'un nouveau scandale de corruption. Une entreprise japonaise consultante en infrastructure de transports a reconnu avoir paye 1,3 millions de dollars de pots-de-vin depuis 2008 dans 3 pays, majoritairement au Vietnam, pour gagner les appels d'offre lies au fond d'aide au developpement japonais.

C'est un faux scandale : tout le monde sait que n'importe quel contrat public de cette importance s'accompagne d'une enveloppe pour aider a la decision. Ici, se faire conseiller un hotel ou un resto donne lieu a un petit billet pour le rabatteur, alors je vous laisse imaginer ce que les gens sont prets a faire pour recuperer un contrat de plusieurs millions de dollars. Comme je l'avais explique dans un message precedent, cela est considere comme normal, c'est rentre dans les moeurs.

Donc ces revelations recentes ont surtout provoque une fausse indignation pour preserver les apparences, mais les aides au developpement sont les occasions les plus propices pour se goinfrer. D'une maniere generale, l'argent non prive, qu'il transite entre etats avec les ODA (official development aid) ou par des ONG, transite plus par des passoires que des tirelires. C'est le carburant de l'industrie florissante de la corruption dans les pays en developpement ; l'un des principaux enjeux de pouvoir dans ces pays est : qui controle cet argent et qui en profite.

Encore une fois, je ne cherche pas a decourager les dons aux associations, mais pour voir d'un peu plus pres comment fonctionne cette economie, je prefererai clairement a l'avenir deux types d'organisation : ceux qui interviennent en zone de crise (nourriture et soins), et les projets precis de petites associations qui s'occupent de projets modestes sans que l'argent transite par des intermediaires pour des gros projets.

Depuis que je suis au Vietnam, je suis encore plus convaincu qu'avant s'il etait possible qu'il faut tout faire pour donner acces a tous a des services de sante et une education de qualite, et en meme temps que rien ne devrait etre gratuit. Cela peut paraitre paradoxal, mais je trouve que pouvoir aller chez son medecin, a la pharmacie et a l'hopital sans rien payer est tres negatif. Nous en avons totalement perdu le sens, la valeur : ce qui ne coute rien ne vaut rien, je ne vois pas comment il peut en etre autrement. Et l'hopital public, l'universite publiques sont sur une pente descendante, deja tombes dans la decrepitude pour certains etablissement, meprises par rapport au secteur prive. Donner a chacun les moyens d'acceder a ces services est un enjeu tres different de la gratuite. Tres peu de francais ont conscience que partout ailleurs dans le monde un etudiant a la fac ne rate pas un cours tout simplement parce qu'un heure de cours lui coute cher ! Et il attend en retour une qualite certaine, un vieux con qui radote et lis dans un amphi quasiment vide un bouquin ecrit il y a 20 ans ca n'existe pas dans les pays anglo-saxons, les etudiants evaluent leurs professeurs. Et quand on parle du systeme americain par exemple, on oublie tres souvent que les possibilites de bourses sont tres nombreuses, et qu'au final meme si les barrieres a l'entree sont differentes le systeme americain n'est pas beaucoup plus inegalitaire et elitiste que le notre. Je ne suis vraiment pas pour aller jusque la, mais les deux types de fonctionnement me paraissent caricaturaux. Nous sommes fiers de nos services publics, et nous avons raison, mais je crois qu'il est temps de les penser autrement.

Quel est le lien avec le sujet de depart de l'article me direz-vous ? Tout simplement que je ne crois pas a l'argent gratuit, aux services gratuits a grande echelle. L'argent massivement deverses par les pays riches vers les pays en developpement, je vois un peu ce qu'il devient ici. Un milliard de dollar verse par l'Australie en 10 ans pour reformer le systeme educatif au Vietnam ? AUCUN resultat. Zero. J'aurais aime croire que la generosite suffit a changer les choses, mais je crois qu'il faut se faire une raison : tres peu de choses adviennent gratuitement. Cette sorte de generosite s'applique a l'echelle individuelle, microscopique, quand on donne son temps pour apprendre l'angalsi a des gamins des rues ou quand on va les dimanches jouer avec les enfants dans un orpelinat. Pas au dela je crois. Je crois infiniment plus au micro-credit, aux initiatives ciblees.

je ne crois pas que cela fasse de moi un liberal pour autant : je pense qu'enormement de choses reclament une regulation tres precise, et que le marche est incapable de prendre en compte le bien commun sur de tres nombreux sujets. Cela dit pour que nos principaux services publics restent publics, il va falloir commencer a les penser autrement.

Pour en revenir a l'actualite vietnamienne, un sujet typiquement vietnamien defraie la chronique en ce moment a Hanoi : les meurtres de voleurs de chiens. Les vietnamiens sont tellement victimes des vols, comme les touristes, que quand ils attrapent un voleur celui-ci passe vraiment un sale moment, avant meme le proces, et les sanctions sont tres dures. Un proces de 10 personnes qui ont battu a mort deux voleurs de chiens presumes se termine en ce moment a Hanoi, et fait du bruit surtout parce que les accuses recoivent un enorme soutien (un peu comme notre bijoutier de Nice en France).