Depuis quelques jours, plus de terrasses a Bui Vien, la rue des bars pas cher dans le "quartier routard", le rendez-vous de tous les touristes de moins de 40 ans. En realite les bars et restos n'ont pas vraiment le droit d'en avoir. Phenomene ultra-typique du Vietnam : pour avoir une terrasse, il faut avoir une autorisation extremement compliquee a obtenir et chere, ca peut prendre des mois ou des annees. Comme une licence pour vendre de l'alcool. Donc la police locale autorise de facon tacite ces etablissements a faire un peu ce qu'ils veulent, evidemment contre petite enveloppe reguliere, et tout le monde est content.

Mais un soir, la police (pas celle du quartier, mais des grades de Hanoi apparemment) a debarque avec des camions et un paquet d'hommes armes pour degager manu militari toutes les terrasses et embarquer toutes les tables et chaises. Un serveur du bar de mes potes a essayer de sauver quelques tables et chaises mais s'est fait immediatement menacer et a du abandonner sans discussion tout le materiel confisque. 

Comme d'habitude, les vietnamiens font le dos rond et s'adaptent. Impensable de protester contre l'autorite de toutes facons. Des commercants de trottoir ont perdu leur gagne pain d'une heure a l'autre, des gens qui avaient investi dans des bars pour leur terrasse se retrouvent coinces avec un loyer tres eleve sans pouvoir faire tourner leur affaire. La protection de l'activite economique passe loin derriere la force d'une decision arbitraire.

Le cote amusant, c'est que pour les vietnamiens habitues a ce genre d'absurdite on s'adapte en temps reel :

2014-03-22 20

2014-03-22 20

Les occidentaux par contre sont beaucoup moins nombreux que d'habitude, pas tres chauds pour s'assoir par terre. 

Pour reparler de Bui Vien, des amis qui avaient un super petit resto dans une ruelle vont fermer dans quelques jours. Le resto faisait quasiment le plein tous les soir, et ils perdent de l'argent. Avec un loyer de 1600$ pour une salle pas tres grands dans une toute petite ruelle accessible seulement a pied, et des prix tres bas (quartier routard oblige), impossible de rivaliser avec la concurrence des gens proprietaires de leur maison sur la rue. Les loyers sont totalement fous ici, sans rapports avec l'economie locale. Seuls les gens proprietaires de leurs maison ou les grosses chaines internationales vendant des produits a tres forte marge (genre Starbucks) peuvent tenir. Les etrangers qui avaient lance leur affaire rament desesperement et s'en sortent difficilement. Les prix ont plus de mal a baisser qu'a monter evidemment, et l'enorme turnover avec les echecs successifs des affaires ne derangent pas tellement les proprietaires vietnamiens.

Comme je l'avais explique dans des posts plus vieux, n'importe quel vietnamien preferera louer un local 1500$ malgre l'evidence de l'echec a venir dans les 3 mois plutot que de le louer 1000$ et d'etablir une stabilite. De meme, si un business tient le coup c'est que le loyer n'est pas assez haut. Les augmentations n'etant pas encadrees, nombre d'affaires doivent fermer ou demenager au moment de la renegociation annuelle des baux, avec des augmentation de loyers de 40, 50, 60%... Ce comportement fou date du debut des annees 2000, avec une enorme croissance, une forte inflation et de folles esperance pour ce qui etait cense etre le nouveau dragon asiatique. Les proprietaires se sont rapidement enrichis, et ne comprennent pas que cette epoque est revolue. Et comme ils trouvent encore des investisseurs qui ne l'ont pas compris non plus, la machine continue a chauffer, detruisant sur son passage des pans entiers de commerces locaux.

Pour rester sur cette question du developpement, voila plusieurs semaines qu'une de mes observations se renforce au point de devenir irrefutable. Entre mon arrivee il y a un an (presque hier a  l'echelle du developpement d'un pays) et aujourd'hui, je constate avec stupeur le dynamisme de l'invasion des voitures dans les rues. Il y a un an quand on attendait a un feu rouge hors heure de pointe il y avait 2 voitures et 30 motos, maintenant il y a 5 voitures et 35 motos. En un an !! Difficile de prendre la mesure d'un constat diffus dans le temps, mais c'est pourtant frappant. Ho Chi Minh sera en tres peu d'annees paralysee comme bangkok, mais avec un developpement extremement lent des solutions alternatives (la premiere ligne de metro est a peine commencee).

En prenant un verre dans un bar perche sur le toit d'un hotel samedi, nous contemplions la vue sur le centre-ville. Mon collocataire se souvenait de son arrivee il y a a peine 5 ans : il y avait une seule tour a l'epoque.

HCM center

Aujourd'hui on ne les compte plus (en 5 ans !!), et d'autres sont en chantiers. Mais on regardait aussi cette tour en construction dont les travaux n'ont pas avance depuis plus d'un an, faute d'argent. Faillite isolee ou symbole de ce qui attend le Vietnam ? En tout cas si on se plaint de l'incurie des gouvernants chez nous, ici c'est carrement du sabordage. L'habitude de la gestion autoritaire, les responsables nommes par nepotisme, les postes achetes plutot que donnes aux plus competents rappellent le Vietnam en crise d'avant colonisation francaise, et ces travers n'ont pas disparu avec l'ouverture du pays. L'argent etranger qui coule a flots cree ce paradoxe du developpement rapide et du delitement simultane a cause de toutes les manoeuvres pour capter cet argent.