Ce week end, nous avons passe 3 jours au coeur du delta du Mekong, entre Can Tho et Ben Tre. 

Le vendredi matin, direction Can Tho, ou plutot un homestay a 4 ou 5 km de la ville. Il y a la maison du proprietaire, et des sortes de cabanes individuelles en feuilles de bananier au bord d'un canal avec une petite salle de bain, un lit avec moustiquaire et un ventilateur. Sommaire, mais rigolo, et dans la vraie campagne vietnamienne. Hung, le jeune patron, nous embarque avec les 4 ou 5 autres residents pour un tour en velo. Tout le monde nous interpelait, des enfants nous suivaient en courant en passant par les petits chemins le long de quelques uns des milliers de bras du fleuve. Des paysans cultivent les fruits, l'un d'entre eux me tend une orange verte (ici les oranges sont vertes, meme mures, mais semblables aux notres a l'interieur). Le Vietnam est vraiment une couveuse, les enfants bruissent et courent partout, une paire de bras sur deux est occupee par un bebe ! C'est deja frappant a HCM, mais dans la campagne c'est carrement incroyable ! Bref, on se croirait dans un conte, une campagne idyllique, la Comte des Hobbits quoi.

Plusieurs personnes racontent que toute cette facilite apparente est extremement recente. Ici il y a 10 ans, il n'y avait pas d'electricite, pas d'eau courante, les chemins en terre etaient quasiment impraticables la plupart du temps pendant la saison seche. Le telephone et l'Internet sont apprecies comme des cadeaux du ciel ici, un moyen de desenclavement pour les jeunes, un lien avec le reste du monde. Ca fait plaisir de voir de ses yeux que la folie du monde moderne qui consume la planete a grande vitesse et est tres angoissante pour beaucoup d'europeens apporte aussi pour un nombre considerable de gens un veritable progres, un bonheur quotidien apprecie a sa juste valeur. Lorsque l'on essaie d'imaginer la vie au Vietnam en 1990, on se rend compte que l'adaptation dont font preuve les gens ici et la vitesse a laquelle ils absorbent les changements est prodigieuse.

Le soir, coucher de soleil sur le Mekong et la foret de palmiers, depuis le balcon de notre chambre qui avance sur la riviere sur des pilotis.

Le lendemain, depart a 6 heures, a l'aube, pour un tour en bateau (une jolie barque a moteur). La lumiere est magnifique, la temperature est tres agreable a cette heure-ci. Nous partons si tot surtout pour ne pas rater le marche flottant de Can Tho, l'un des plus grands du Vietnam. Sur le bras principal du Mekong, large d'au moins 500 metres, des dizaines de gros bateaux arrivent de tous les coins du delta, charges de leur cargaison de fruits et legumes. ils ont chacun leur specialite, ananas, pasteques, choux, racines de tapioca... Et une nuee de petits bateaux les accostent pour faire le plein et revendre au detail a des marches terrestres. Ici ce sont surtout des grossistes, on s'echange les produits de la main a la main par 100kg pour des prix imbattables. Il y a parmi les petits bateaux des marchands qui vendent un peu de tout au detail : cela permet aux vendeurs de faire leur marche sans descndre de leur bateau. Il y a aussi evidemment les vendeur de petit dejeuner : cafe sua da, chao (porridge de riz), soupes, nouilles, les barques sont amenage pour entretenir un petit feu a charbon sous une grosse marmite.

Tout est rode depuis des temps immemmoriaux, on se dit que ce marche flottant a probablement "toujours" existe. Cela renforce une impression que nous avons frequemment au Vietnam : nous sommes hors du temps. Les bateaux semblent dater d'au moins un siecle, ils sont tres beaux, si ce n'etait l'ajout d'un gros moteur de voiture tres bruyant prolonge d'une longue perche et de l'helice. Tout le Vietnam est ainsi fait en realite : des constructions, des lieux anciens et des ajouts successifs plus ou moins modernes ou bricoles. Tous les cables electriques rajoutes aux facades, des grilles, des elements pratiques sans soucis de les integrer a paysage, simplement poses par dessus l'existant. Et tout a coup un building ultra-moderne qui emerge du bric-a-brac, une voiture de luxe, un smartphone  derniere generation.

Chez nous, l'apparition du reseau de gaz urbain a remis en question assez rapidement le metier de vendeur de charbon. Au Vietnam, alors que les foyers riches passent directement a la plaque a induction dans une cuisine integree design, la plupart des vietnamiens continuent a manger dans la rue des plats ancestraux cuisines sur un feu de charbon, qui n'est pas le moins du monde remis en question et ne cede pas vraiment de terrain aux restos modernes qui pullulent dans les grandes villes.

Le samedi apres-midi, nous nous dirigeons vers Ben Tre. Apres un voyage laborieux (Une grosse matrone gueularde nous a fait monter dans un bus pour nous soutirer 2 fois le prix du billet normal et finalement nous poser a 15km de Ben Tre), nous arrivons dans un petit hotel conseille par notre precedent hote. Il se trouve a quelques distance de Ben Tre, dans un bled vraiment pourri constitue d'une rue principale miteuse et de quelques allees autour qui s'enfoncent dans la campagne. Le jardin est agreable, nous sommes seuls. Je reconnais la construction typiquement vietnamienne, qui n'a pas ete concue pour les touristes : des sortes de passagees couverts devant les chambres avec des decorations, des arrondis, des peintures colorees, qui menent a une porte en metal et une chambre glauque et sans fenetre. La notion la plus elementaire de confort, voire de bon sens en matiere d'amenagement interieur, n'est pas parvenue jusqu'ici. La clim est tellement bruyante que nous renoncons a l'utiliser meme avec des boules quies et nous essayons de dormir dans l'etuve. Cependant je ne pense pas qu'un vietnamien "traditionel" aurait la moindre preference pour le charmant hotel de la veille. Je me suis deja rendu compte a quel point les vietnamiens etaient prets a faire tous les efforts pour se plier aux volontes des touristes et des europeens sans pour autant comprendre nos motivations, ce ne sont la plupart du temps pour eux que des lubies. Quand on parle d'avoir une fenetre a sa chambre d'hotel c'est assez fou. Evidemment les jeunes generations et les gens plus ouverts sur l'exterieur integrent relativement vite nos notions de confort. Mais j'ai vu des vietnamiens avoir vecu 10 ans a l'etranger, et redormir par terre ou sur une planche en revenant au Vietnam.

Le dimanche matin, nous avons a nouveau fait un tour sur le mekong en bateau, dans les arroyos, les innombrables petits canaux bordes de palmiers d'eau, avec des pecheurs de crevete qui nagent dans l'eau boueuse. Nous avons vu une fabrique de bonbons a la noix de coco, quelques sites touristiques sans aucun interet, avec des sortes de complexes d'accueil masssif de touristes et quelques bibelots pour amuser la galerie (la piscine a crocodiles ou on peut les nourrir moyennant quelques dongs, le pont de singe en bambou a traverser, le the au miel sauvage local, le petit groupe qui chante des chansons traditionnelles). On sent la proximite de HCM et les sites organises pour gerer un gros flux de touristes. En dehors des petits canaux, seule la visite de l'ile de la tortue etait vraiment bien : une ile habitee et paisible avec de magnifiques jardins, plein de vergers et d'arbres fuitiers partout, des fleurs et des parfums exotiques, on y passerait bien quelques jours !

Vous pourrez tres bientot voir les photos de Marion sur son blog (http://horizonvietnam.over-blog.com/), mais il y a un gros tri a faire avant de les mettre en ligne !