Une chose m'a frappe des que je suis arrive a Ho Chi Minh, impression renforcee avec le temps : un gamin sur deux est en surpoids, voire obese. J'ai verifie les chiffres, ils varient entre 10% et 38,5% selon les sources, les classes d'age... Ce qui est sur, c'est qu'il y a 15 ans il y en avait a peine 1%.

En 2005 environ 5% des vietnamiens etaient trop gras, ils seront 16,8% en 2015. Et encore, Burger King vient d'arriver cette annee au Vietnam, et Mac Donald c'est pour dans quelques mois. KFC et Lotteria (equivalent Coreen de Mac Do) sont deja bien implantes, et les fast-foods connaissent une croissance tres rapide.

Dans la culture vietnamienne, comme dans beaucoup de pays dans lesquels se nourrir a longtemps ete un probleme jusqu'a tres recemment, avoir des enfants bien nourris est une fierte revendiquee. En outre, l'enfant est roi par ici. Moins qu'en Chine avec sa politique de l'enfant unique, mais l'heritier est l'objet de toutes les attentions et ses caprices sont souvent des ordres. Or les vietnamiens ont decouvert avec un bonheur non dissimule les frites, hamburgers, poulet frit, pizzas et autres chefs-d'oeuvres de la gastronomie occidentale.

Selon un medecin cite dans un journal, ils ont un metabolisme d'une telle efficacite pour extraire des aliments "pauvres" les substances nutritives qu'ils gonflent a vue d'eil avec une alimentation riche.

Inversement aux enfants, les jeunes de 20 a 30 ans sont dans une forme impeccable, avec rarement un kilo en trop. Mais ce n'est pas "naturel", tout le monde fait attention a son alimentation et ils font beaucoup de sport et d'exercice. Ce qui prouve que l'ignorance n'est pas totale sur la nutrition, mais malgre cela ils ne protegent pas leurs enfants de ce risque.

Ici les fast-foods sont des restaurants de luxe, on y mange pour le prix d'un assez bon resto vietnamien propre qui a des vraies tables et des etrangers qui viennent, soit environ 7 dollars (un resto a 25 euros chez nous quoi). Ceux qui peuvent y aller en emmenant leurs enfants demontrent un certain niveau de revenu et statut social. Ils ne sont donc pas du tout associes a la "malbouffe".

La qualite des aliments reste une forte preoccupation. Les scandales alimentaires, moins retentissants qu'en Chine, montrent bien que pas mal d'industriels dans l'agroalimentaire sont prets a tout pour faire un peu plus d'argent, y compris en utilisant des produits dangeureux (un peu comme chez nous mais avec moins de controles). Aujourd'hui quelqu'un a apporte des "mooncakes", gateaux traditionnels de cette epoque de l'annee, et apparemment il ne fallait pas le manger parce qu'ils ont trouve des bouts de caoutchouc ou je ne sais quoi dedans. Le cafe aussi est sujet a des fraudes reguliere, en fait tout ce qui peut faire l'objet de fraude...

Les restos, meme de rue, mettent generalement un point d'honneur a servir de la bonne nourriture, et de toutes facons les clients ne s'y trompent pas. Comme toujours, lorsque le rapport avec le client est direct ca se passe plutot bien. Mais lorsque ca peut ete cache, dilue dans la masse et par les intermediaires, tout est permis.

C'est un peu comme la difference entre piquer son sac a main a une mamie dans la rue, et se debrouiller pour que sa boite ne paie aucun impot alors que son benefice se chiffre en centaines de millions d'euros. Dans le premier cas, c'est traumatisant, dans le deuxieme, c'est un peu plus d'impots pour les classes moyennes, un peu moins de services publics, un peu plus de dette, tout ca de maniere si diffuse dans le temps et l'espace qu'il faut qu'on arrive finalement au bord du gouffre apres des decennies de vol massif et systematique pour s'en emouvoir.