Je lis en ce moment un bouquin sur l'histoire du Vietnam, et il y a plusieurs choses qui m'ont frappe des les premiers chapitres sur l'histoire ancienne, j'en partage ici quelques-unes.

L'histoire du Vietnam en tant que civilisation, et plus ou moins en tant que pays, est tres ancienne, elle remonte pour autant qu'on le sache au minimum au 3e sicle avant Jesus-Christ. Premier constat general, le livre parle du Nord du Vietnam en tant que racines de la civilisation Vietnamienne (Dai Viet), et pas du Sud des Cham. Toute l'histoire du Vietnam jusqu'a une periode recente serait celle du Nord, et pas celle des Cham au Sud. Or le territoire des Cham correspond vraiment au Vietnam du Sud d'aujourd'hui, il fait partie intergante de l'histoire vietnamienne meme si Nord et Sud ont ete ennemis pendant plus de  1000 ans. J'ai deja remarque dans plusieurs textes ecrits par des Vietnamiens que pour les intellectuels, le Vietnam c'est le Nord, la ville qui compte c'est Hanoi et la "veritable" culture vietnamienne est celle du Nord. Le Sud est une sorte de province rattachee, a l'histoire manifestement insignifiante et aux coutumes un peu vulgaires... Tout a change lorsque les francais ont etabli la capitale de l'Indochine a Saigon, qui a une position plus strategique (plus proche de Phnom Penh, de la Mer, de l'embouchure du Mekong). Aujourd'hui le dynamisme economique du Sud le rend plus attractif que le Nord, mais les lettres et universitaires viennent du Nord, la culture vietnamienne d'aujourd'hui s'ecrit encore a Hanoi. Les gens de Saigons sont selon beaucoup de vietnamiens moins eduques, plus supersticieux, meme si ces tendances s'effacent peu a peu avec les nouvelles generations. Bref, tout ce que je lis sur le Vietnam ancien et ses traditions concerne a priori le Nord, a 90% Hanoi pour etre plus precis.

Autre constat, qui n'est pas sans faire echo a l'histoire contemporaine du pays : le Vietnam a vecu toute son histoire sous differentes occupations et aggressions avec un leitmotiv, la resistance permanente a l'envahisseur, meme bien plus fort, plus nombreux et mieux arme. Aujourd'hui la plupart des rues portent les noms de heros (et heroines comme je l'expliquais dans un precedent texte) de la resistance nationale, symboles de la fierte Vietnamienne. Le grand ennemi est bien sur la Chine, qui a occupe le Vietnam pendant la majeure partie du premier millenaire, avec des interruptions au fil des soulevements et des reconquetes. Grand ennemi mais principale influence culturelle, puisque c'est la Chine qui apporte le Bouddhisme, le Confucianisme et le Taoisme, qui deviennent peu a peu comme en Chine des doctrines d'etat. Les mongols ensuite, lors de cette incroyable expansion au 13e siecle qui a balaye la Chine et tout le Moyen Orient jusqu'aux portes de l'Europe. Les Mongols bien superieurs en puissance militaire ecrasent l'armee du Dai Viet, mais ceux-ci ne se soumettent pas. Ils quittent les villes, cachent la nourriture, harcelent les contingents mongols isoles par la guerrilla et parviennent par la patience et la ruse a expulser l'envahisseur. Une deuxieme invasion produit le meme resultat, si bien qu'ils renoncent a la troisieme. Tous les paysans vietnamiens suivaient regulierement des entrainements militaires pour etre mobilisables en cas d'attaque, si bien que l'armee vietnamienne etait constituee de fait de tous les hommes du pays en age de se battre. Le fort sentiment national rallia meme les tribus independante des montagnes a la resistance a l'invasion.

Une autre chose m'a frappe : la grande similitude de l'histoire du Vietnam avec les notre. Dans les grandes lignes, leur periode de construction d'un etat unifie par un roi, la transmission de cette charge de pere en fils, correspondent assez precisement a notre propre histoire. L'institution du servage, d'un clerge et d'une sorte de noblesse, du mode de distribution et de possession des terres correspond bien a notre moyen-age. On pourrait ajouter l'edification de pagodes sans nombre de plus en plus imposantes et decorees entre le 11e et le 13e siecle, le renforcement du pouvoir royal et des administrations a la meme epoque (meme si ce dernier point est un peu plus complique chez nous), pour un peu ce serait un bon vieux Moyen-Age bien de chez nous. Le fait que l'histoire Vietnamienne ait largement ete ecrite par des historiens francais renforce probablement cette impression, mais les sources et les faits sont quand meme edifiants. Sachant que les premiers veritables contacts avec l'occident se font au 16e siecle avec les missionaires (notamment Alexandre de Rhodes, qui cree la transcription latinisee de l'ecriture vietnamienne), ce parallelisme est assez troublant.

Finalement, l'histoire du monde est relativement unifiee jusqu'au 15e siecle, la fin de notre Moyen-Age. Des grandes civilisations, des tribus isolees, mais un systeme de gouvernement, d'administration, un culte, une noblesse, qui d'une zone geographique a l'autre ne sont pas tres eloignes finalement. Reste donc cette incroyable specificite europenne qui change le monde, peu a peu a partir du 15e siecle puis de maniere considerable a partir du 19e siecle ou l'Europe s'etait rendue maitre et possesseur du monde et de la nature, mais c'est un autre sujet.