Il est temps de s'attaquer frontalement au vrai sujet de ce blog : pourquoi s'expatrie-t-on ?

Je lis partout que les jeunes diplomes partent de France et fuient son climat economique et social morose. Et de fait, je croise constamment des jeunes loups solitaires qui en veulent et partent a l'assaut des dragons asiatiques pour y faire fortune, un peu comme on partait aux Indes avec l'espoir d'un commerce mirobolant, d'une audace recompensee. Evidemment aujourd'hui c'est plus facile et plus courant mais il reste encore quelques terres d'aventure avec ce genre de promesses, comme la Birmanie qui est un peu aujourd'hui le Vietnam de 1993 (reouverture du pays aux investissements etrangers).

Mais ce desir d'exotisme ne peut pas simplement proceder de raisons economiques. Je vois deux grandes categories d'expatries ici, apres 4 mois de presence : les gens de passage (jusqu'a 2, 3 voire 4 ans) et ceux qui s'installent a long terme. Chez les gens qui s'installent a long terme, je n'ai rencontre jusqu'ici que des gens qui ont fui quelques chose, plutot abimes par la vie. Meme si je ne l'ai pas toujours vu lors des premieres rencontres, ca a toujours fini par se verifier apres des confessions de fin de soiree. Les gens de passage sont generalement plus jeunes, et finissent toujours pas changer de pays. Ils entretiennent une sorte d'esprit aventureux, donc d'insatisfaction permanente fortement liee a l'idee qu'ils ont de la reussite, pour ce que j'en ai vu.

Ce diagnostic n'a certainement pas de valeur generale, il vaut pour le Vietnam et quelques pays comparables. Leurs caracteristiques sont la vie facile (due a la difference de niveau de vie) et les opportunites offertes par une econmomie dynamique.

Et moi pourquoi je m'expatrie ? Generalement, je n'aime pas trop me sortir du lot parce que j'imagine qu'on dit moins de conneries en acceptant d'etre a 95% comme tout le monde. Cela dit dans ce cas, il se trouve que j'agis a moitie contre ma nature, en gros que je suis vraiment botte le cul pour partir, prendre ce risque et abandonner tout ce que j'aime de la France pour un temps. Et je crois que c'est la condition sine qua non pour se construire et progresser. La plupart des gens qui s'expatrient durablement le font pour s'abandonner a leur nature, et moi c'est l'inverse.

Je crois que ca me donne parfois un regard assez acere sur ce qui se passe ici. Par exemple les expatries trouvent les nanas magnifiques ici, il est de notoriete publique que les filles sont belles. Je suis absolument convaincu qu'elles ne sont pas plus belles qu'ailleurs, mais que 2 siecles de domination europeenne ont institue un rapport de pouvoir entre un blanc et une vietnamienne qui accroit le desir, exactement comme un directeur peut desirer sa secretaire par la relation de pouvoir et d'inegalite de richesse qu'il a institue avec elle plus que s'ils etaient a egalite. La reciproque peut etre vraie, la secretaire peut etre fascinee par cette volonte de possession par un homme "puissant". Le trio Pouvoir/argent/desir sexuel bien connu est constamment demontre ici et constitue une raison majeure d'expatriation a long terme, de dependance au fait de se sentir "desire" a 60 ans par des femmes de 30 ans par exemple (meme uniquement en quete d'argent et de statut social). Une nana jeune et exotique n'est pas plus belle qu'une francaise, simplement la relation de pouvoir qui s'installe automatiquement donne de l'assurance et le sentiment de pouvoir la "posseder"plus facilement accroit le desir masculin.

Pour en revenir a mes motifs d'expatriation, ils pourront vous apparaitre comme pretentieux, mais je n'ai pas non plus des centaines de motifs d'etre fier et lucide alors je partage celui la en esperant que je ne me trompe pas lourdement...